C'est avec le plus grand regret que je vous annonce la fin des KOL... A l'exception de moi, tous les membres du collectif sont morts dans d'atroces souffrances, et je n'en ai plus pour longtemps à agonir dans une mare de sang, sur le parking d'Atac où une troupe de ces fourbes de lampadaires rebelles m'ont surpris avant que je n'aie pu faire des stocks de lampadairicide.... D'ailleurs si vous lisez ces lignes, c'est que je ne suis plus de ce monde et que mon esprit s'en est allé pour le pays des ombres.

Je vous dois des explications. Tout a commencé il y a quelques jours, et Lil_shark fut le premier à nous quitter. Alors qu'il travaillait son easy 360 antiswitch indy noseback behind the triple rodeo to kick the fakie under the frontslide, il perdit le contrôle de sa planche et sortit du skate park pour se diriger vers des rochers coupant en contrebas où il alla se fracasser. Personne ne le regardait à cet instant, si bien que tout le monde prit pour un accident ce qui était en fait un crime lâche et monstrueux. L'autopsie de la planche montra en effet que le skate avait été saboté : quelqu'un avait coupé les freins !

Quelques jours plus tard, alors qui nous rentrions du skate park où s'était déroulé l'enterrement de notre compagnon, nous fûmes pris en embuscade dans une ruelle obscure par une horde de lampadaires mutants enragés. On lisait la haine sur leurs visages ronds et lisses. Le plus grand, qui semblait être le chef, hurla un ordre aux autres, et il s'engagea un assaut mémorable. Nous parvinmes à en mettre une dizaine hors d'état de nuire, les frappant avec rage, mais nous rendîmes à l'évidence : ils étaient trop nombreux et nous devions fuire, sans quoi nous étions condamnés. Nous fuyâmes donc par un tunnel creusé à même le béton et qui s'enfonçait dans les profondeurs de la ville, mais malheureusement le tunnel n'avait qu'une hauteur de 4m50, et SLK fut incapable de s'y glisser. Il fut vite rattrapé et mis à mort par les créatures sans pitié qui nous poursuivaient. Et nous entendions leurs ignobles cris de victoire résonner dans le tunnel sombre et humide...

Car les lampadaires avaient décidé d'en finir avec cette loi du plus fort qui faisait que jusqu'à maintenant leur unijambistitude et leur incapacité de se déplacer les contraignait à soufrir en silence. Ils se déplacer à présent avec une agilité et une rapidité dépassant même celle des humains, ils étaient parfaitement silencieux, et leur mutation ne semblait pas s'arrêter là car nous avons aperçu dans notre fuite des spécimens à plusieurs jambes... Leur seule faiblesse restait cette grosse boule lumineuse trônant au dessus de leur corps long et mince les forcant à se mettre un sac poubelle sur la tête pour masquer la lumière et se dissimuler dans l'obscurité, les rendant du même coup aveugles.

Effrayés mais bien décidé à éradiquer cette vermine de la surface de la terre, nous sortîmes du tunnel et allâmes nous réfugier dans une grotte, à l'écart de la ville. Quand la nuit tomba, Forgoten se proposa pour aller chercher du bois pour allumer un feu. Comme il tardait à revenir, Link et moi partîmes à sa recherche. Ce fut Link qui trouva son cadavre, gisant sur un tas de branchages. Il avait été décapité à coup de tournevis, et son meurtrier avait laissé un mot tracé en lettres rouges : "Tu es mort comme tu as tué mes parents". Cette phrase mysterieuse demeure une énigme...

En retournant à la grotte, TekillerSchweppes n'y était plus ! Nous le cherchâmes pendant de longues secondes, et trouvâmes un tas de poils dans le fond de la caverne, mais personne en dessous. Nous continuâmes donc nos recherches dans les environs de la caverne, ce qui nous ammena fatalement près de la Grande Falaise. Link distingua une silhouette décharnée près du précipice. En essayant d'en savoir plus nous entendîmes une voix qui semblait être celle de TSW : "N'approchez pas ! J'ai été atrocement mutilé !". Effectivement, il avait été lâchement rasé, et ses agresseurs s'étaient enfuis dans le noir. Ne pouvant plus vivre sans son pelage, il avait décidé d'en finir avec la vie. Malgré nos tentatives pour le ramener à la raison il sauta dans l'abîme et nous entendîmes le bruit atroce de son corps se brisant contre les rochers affûtés plus de 2 mètres en contrebas.

Link et moi entendîmes alors une clameur monter de la forêt et comprîmes que nous n'étions en sécurité nulle part. Nous dévalâmes à toutes jambes la colline où se trouvait notre grotte et décidâmes d'un plan de bataille qui serait trop complexe à vous exposer ici mais qui nécessitait un arrosoir, des bidons de lampadairicide, un nain de jardin empaillé et un hélicoptère de l'armée. Je partais chercher l'arrosoir et les bidons tandis que je laissais à Link le soin de récupérer l'hélicoptère, quand j'entendis un cri déchirant derrière moi, et je n'eus que le temps d'apercevoir mon dernier compagnon se faire réduire en une bouillie radioactive tellement liquide qu'on aurait même pas pu la manger avec des baguettes à coup de canons à plasma mégatroniques. Je décidai tout de même de mettre mon plan à execution et me dirigeai vers le supermarché le plus proche pour faire mes provisions quand mon chemin fut barré par un groupe de ces monstres à tête ronde. La suite vous l'imaginez sûrement. Je me vide de mon sang, et je n'ai plus que peu de temps pour finir ce dernier témoignage de ce que fut l'épopée fantastique des KOL. Ils peuvent revenir à tout moment pour m'achever. Ils sont décidés et à présent plus personne ne les arrêtera. Personne. A moins que...

Ainsi s'achève la légende...

ENTREZ DANS LE MONDE FABULEUX DES DISPARUS KOL